Haut-commissaire aux produits de santé, effort stratégique ou comité Théodule?

Dans un rapport publié le 23 juin 2021, la mission d’information sur les médicaments de l’Assemblée préconise notamment la création d’un haut-commissaire aux produits de santé dont on peut légitimement se demander s’il sera source de cohésion ou, au contraire, de complexité.

Index

La mission d’information sur les médicaments de l’Assemblée nationale, lancée en janvier, a présenté mercredi 23 juin un rapport intitulé «Le médicament: l'urgence d'un changement de modèle !».

La première recommandation consiste à créer la fonction de haut-commissaire aux produits de santé. Le haut-commissaire serait supposé contribuer à la modernisation des agences de régulation (ANSM, HAS, CEPS, CNAM) dans leurs méthodes et leurs outils de travail et renforcer la coordination entre l'ensemble de ces acteurs.

L’idée sous-jacente serait une accélération de l’accès au marché des produits de santé en favorisant les rencontres précoces, en accentuant les échanges d’informations quant aux critères mobilisés lors des différentes phases de l’accès au marché ou encore la mise en place d'un outil commun de suivi en vie réelle des médicaments.

L’effort n’est pas sans rappeler les recommandations récemment formulées par le HCAAM dans son rapport sur la régulation du système de santé. Il est toutefois délicat à ce stade de déterminer si la mise en place d’une nouvelle instance serait de nature à fluidifier le système actuel, bien que Jean-Louis Touraine, l’un des auteurs du rapport, ait revendiquer ne pas vouloir «ajouter des strates.»

Next steps

Nous devrions toutefois le savoir rapidement puisque le haut-commissaire devra identifier, lors du prochain Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), les freins rencontrés par les industriels dans l'utilisation des procédures de fast-tracking mises en place par les agences.

Sursaut ou usine à gaz ? Réponse cet été.

 

Authored by Charlotte Damiano and Jean-Baptiste Chagnon

 

This website is operated by Hogan Lovells Solutions Limited, whose registered office is at 21 Holborn Viaduct, London, United Kingdom, EC1A 2DY. Hogan Lovells Solutions Limited is a wholly-owned subsidiary of Hogan Lovells International LLP but is not itself a law firm. For further details of Hogan Lovells Solutions Limited and the international legal practice that comprises Hogan Lovells International LLP, Hogan Lovells US LLP and their affiliated businesses ("Hogan Lovells"), please see our Legal Notices page. © 2022 Hogan Lovells.

Attorney advertising. Prior results do not guarantee a similar outcome.